Articles au Top

Grid List

« J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation », a déclaré M. Zuma lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision. 

Cette décision qui n'a pas été facile à prendre pour le compagnon de Mandela, sonne comme un happy end pour Jacob Zuma car son parti l'ANC avait demandé publiquement son départ de la présidence sud africaine.

Conformément à la Constitution, Cyril Ramaphosa est devenu le président de la République par intérim dès la démission de Jacob Zuma. Le Parlement doit encore, dans les trente jours, l’élire formellement à ce poste. L’élection devrait, désormais, être organisée d’ici à vendredi.

Paulin Makaya àla rencontre du juge . Photo datée du 08/02/2018. Images: DR

Afrique

Paulin Makaya président de l'UPC parti de l'opposition détenu à la Maison d'Arrêt de Brazzaville a rencontré ce jeudi 8 février le doyen des juges, M. Ngombo. Cette rencontre a fait l'objet de spéculations sur les réseaux sociaux. Alors qu'il a purgé sa peine depuis décembre 2017, Paulin Makaya reste en détention, à la surprise générale.

D'après nos informations, le président de l'UPC a été conduit auprès du doyen des juges afin de signifier son accord ou non pour la visite des autorités consulaires britanniques. Paulin Makaya bénéficie de la double nationalité congolaise et britannique. Jusqu'à ce jour il n'a pu bénéficier de la protection consulaire britannique, les autorités judiciaires congolaises n'étant pas assez disposées à ouvrir l'univers carcéral aux diplomates étrangers.  La dernière tentative de visite du consul de Grande Bretagne a tourné au fiasco. Paulin Makaya ayant donné son accord, il a rejoint sa cellule à la Maison d'Arrêt et il recevra les diplomates anglais dans les jours qui suivront.

A lire aussi: Affaire Paulin Makaya: ses proches dénoncent le refus de visite opposé au Consul de Grande Bretagne

 

Faustin Archange Touadera (Gauche) et Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU / Image: DR

Afrique

Le President de La Republique du Centrafrique, Faustin Archange Touadera a reçu en audience ce jeudi 8 février 2018, Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU, l’héritier de l’ex-Empereur de Centrafrique, Jean Bedel BOKASSA.

Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU a échangé avec Faustin Archange TOUADERA, sur la restauration du site de Bérengo par le gouvernement centrafricain. « Nous avons parlé d’une façon très chaleureuse et très constructive sur la vision positive que le Chef de l’État, a pour ce pays. J’étais fort impressionné et la discussion a été axée sur le thème de la restauration de la cité de Bérengo, qui est un projet à long terme », a déclaré Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU.

 

Fabrice Ondama au 1er plan. Image / DR

Sports

 

L'information est passée inaperçue dans le milieu sportif congolais, préoccupé par la particvipation des Diables Rouges au CHAN 2018. En effet, l’attaquant congolais Fabrice Ondama a saisi la FIFA, suite à la résiliation de son contrat avec le Club Africain, qu’il accuse de ne pas avoir tenu ses engagements. C'est une information rendue public par le site Football365.fr

Depuis le 5 janvier, Fabrice Ondama n’est plus un joueur du Club Africain. Victime en septembre dernier d’une rupture des ligaments croisés du genou alors qu’il jouait en sélection, l’attaquant congolais a résilié le contrat qui le liait depuis le mois de juillet à la formation de Bab Jedid. L’histoire aurait pu être banale, si le club aux treize titres de champion de Tunisie avait honoré ses engagements envers sa recrue. Il n’en est rien, et à la blessure sportive d’un joueur livré depuis plusieurs mois à lui-même s’est ajouté un lourd préjudice financier. Au point que Fabrice Ondama saisisse aujourd’hui la FIFA de sa situation...

 Les semaines passent. Ne voyant toujours rien venir, Fabrice Ondama perd patience. Le 22 novembre, son avocat adresse une mise en demeure au Club Africain. Qui répond le 2 décembre en proposant ce drôle de marché : payer les montants dus au joueur en déclarant un salaire mensuel de 41.000 dollars, ce qui revient à intégrer les primes de signature à l’assiette de rémunération. Inacceptable pour le conseil du joueur, qui adresse un non catégorique deux jours plus tard. Le Club Africain ne lui a pas répondu depuis. On connaît la suite : le joueur a saisi la FIFA. Fabrice Ondama réclame le paiement de la totalité des salaires dus pour ses trois ans de contrat (1,6 million de dollars) et des dommages et intérêts (400.000 dollars) au titres des préjudices moraux, familiaux et sportifs subis, tout en demandant que le Club Africain soit interdit de recrutement pour deux périodes d’enregistrement.
 

Entraînement des Diables Rouges au Maroc lors du CHAN. - Image: DR

Sports

Des joueurs qui se débrouillent pour dormir à Brazzaville, improvisations, la femme du sélectionneur qui lave les chasubles après chaque entraînement ; bienvenue au coeur de la préparation des Diables Rouges du Congo pour le CHAN 2018 qui s’est déroulé au Maroc.

La prouesse des Diables Rouges du Congo qualifiés en 1/4 de finale du CHAN 2018 au Maroc alors que personne ne les attendait à ce stade de la compétition est à féliciter. Elle souligne la forte capacité de résilience qu’on attribue aux africains. La préparation des Diables Rouges pour le CHAN n’a pas été un long fleuve tranquille pour le staff et surtout pour les joeurs.

 

Se débrouiller pour dormir à Brazzaville

Brazzaville étant le lieu de rassemblement des joueurs retenus pour le CHAN, ni la Fédération congolaise de Football (Fecofoot), ni le ministère des sports n’avaient réuni les conditions d’accueil des joueurs dans la capitale. Chaque joueur était obligé de se débrouiller, reconnaît Sébastien Minié le sélectionneur des Diables Rouges A, chargé de rassembler et de préparer l’équipe locale.

Dans une interview accordée à Africa Top Sports avant les 1/4 de finale contre la Libye, Sébastien Migné explique. « Le championnat terminé, afin de ne pas perdre le rythme de la compétition, j’ai décidé de rassembler tous les garçons pressentis pour ce tournoi 5 fois par semaine tous les matins. Il faut noter l’investissement des garçons qui marquant leur motivation se sont débrouillés pour leur logement. » Devant l’indifférence de la Fédération et du ministère, Sébastien Migné s’est aussi senti obligé de mettre à contribution son épouse, avoue t-il, « Mon épouse ayant elle aussi mis la main à la pâte en faisant en sorte que nous ayons des chasubles d’entraînement propres tous les matins ».

C’est un constat attristant pour un pays qui s’est doté il y a quelques années d’infrastructures sportives ayant abrité les derniers Jeux Africains. Il faut tout de même imaginer l’impact de la débrouillardise des joueurs dans l’organisation des entraînements. Conditions de transports difficiles pour rejoindre Kintélé ou le domicile après l’entraînement, hygiène individuelle non surveillée (alcool, peu de sommeil, soins inappropriés…), soucis familiaux à gérer chaque jour, négligences sur le plan diététique etc.

Un parcours inattendu, mais toujours pas de primes

Si les Diables Rouges avaient reçu la bénédiction de la République le 4 janvier 2018 lors de la réception accordée par le 1er ministre avant leur départ pour le Maroc, il faut dire que ces garçons n’ont pas eu le soutien attendu de la part de la République dans leur préparation. Reconnaissons que le séjour des DR à Agadir au Maroc s’est passé dans de meilleures conditions (Hôtel, transport...), mais l’ambiance n’était plus au beau fixe avant le match contre la Libye en 1/4 de finale. Pour rassurer les joueurs, le ministre des sports avait fait le déplacement d’Agadir. La réunion organisée entre les joueurs, le staff et le ministre des sports Hugues Ngonlondele (beau fils de Sassou Nguesso) à propos des primes avait plombé le moral des joueurs à qui on avait tout promis en cas de victoires et de qualifications. « Lors de cette réunion tendue, le ministre avait été incapable de tenir sa parole à propos du versement des primes. Il nous avait dit qu’il devrait se rendre à Brazzaville pour faire débloquer les fonds » avoue dépité un joueur qui a requis l’anonymat.

A ce jour, les joueurs qui ont participé au CHAN n’ont pas encore perçu la totalité de leurs primes, la Fédération renvoyant au ministère des sports, et, ce dernier, prétextant à son tour le mauvais état général des finances du pays.

Dans tous les cas, le public congolais a tiré un grand chapeau aux Diables Rouges qui n’ont pas exigé leurs primes avant de chausser les crampons contre le Cameroun, le Burkina et l’Angola. Concluons avec Sébastien Migné : « Ce groupe est formidable et ambitieux. C’est du reste une véritable aventure humaine… ».

Barel MOUKO. Image: congofootball.com

Sports

Barel MOUKO est le portier congolais qui s'est illustré malgré lui lors des 1/4 des finales de la CHAN 2018 au Maroc. Alors qu'il n'avait encaissé qu'un but en 4 matchs, le gardien des Diables Rouges locaux a fait l'objet de railleries sur les réseaux sociaux à cause du penalty qu'il avait manqué contre les libyens.

Barel Moukou qu'on croyait désormais hors jeu, prend sa revanche sur le public congolais. Il a signé un contrat pour 2 saisons au Daring Club Motema Pembe de Kinshasa, un club mythique de la RDC. Il va désormais évoluer dans un championnat au niveau assez élevé, avec des Clubs comme Vita, Imana ou TP Mazembe de Moïse Katumbi qui rivalisent avec les grands clubs européens, comparé au championnat du Congo Brazzaville dominé depuis des années par AC Léopard. Ce départ de Barel Mouko en RDC va permettre au gardien congolais de relancer sa carrière après un passage en demie teinte en Europe où il a gardé les buts de Lille. 

C'est une information publiée par la page Facebook "Congo Aïn Sebaa" qui regroupe certains congolais du Maroc. Le dimanche 4 février, 47 personnes avaient pris place à bord d'un zodiaque qui est parti des côtes marocaines pour L'Espagne. La traversée de la méditerranée à bord de ce zodiaque qui avait mis son cap sur Meilila une enclave espagnole au large du Maroc a tourné au drame avant d'atteindre les côtes espagnoles. Selon toutes vraisemblances, 6 personnes originaires du Congo Brazzaville, dont nous ignorons les identités, qui avaient pris place à bord de ce zodiaque sont mortes noyées. Les photos des supposées  de 5 victimes parties du Maroc ont été rendues public par leurs amis installés au Maroc, aux fins d'identification par les familles et les proches restés au Congo.

Pour l'instant, les autorités consulaires n'ont pu nous donner plus d'informations sur ce drame. Disons aussi que le Maroc accueille aujourd'hui une forte communauté congolaise constituée essentiellement par des étudiants. Mais, certains jeunes congolais en mal d'Europe, privilégient Maroc comme pays de transit, la Libye étant jugée très dangereuse après la publication des images sur la vente d'esclaves noirs.

 

 

Plus rien n'allait depuis le voyage de Macron au Sénégal entre Kémi Séba et Claudy Siar. <les deux hommes sont devenus depuis quelques temps les portes voix de la jeunesse africaine, opposée au FCFA pour Kémi Seba et à l'esclavage des noirs en Lybie pour Claudy Siar.

Alors que l'animateur de RFI était invité par Macron pour l'accompagner au Sénégal, il n'a pas hésité de traiter le leader de l'ONG Urgences Panafricaines de raciste anti blancs, car l'ONG de Kémi Seba a organisé à Dakar des manifestations pour dénoncer la présence du président français sur le sol sénégalais. De son côté Kémi Seba n'a pas hésité non plus dans un post publié sur Facebook puis retirer de traiter Claudy Siar de  vendu et collabo de Sarkozy (ce dernier l'avait nommé comme délégué interministériel à l'Outre Mer). Dans la soirée, du 5 au 6 févier , les deux hommes ont résolu de faire la paix en publiant un communiqué commun dont nous vous donnons la teneur.

COMMUNIQUÉ COMMUN DE  CLAUDY SIAR ET KEMI SEBA

Chers frères et sœurs,
Nous nous sommes parlé longuement. Malgré nos différences méthodologiques (collaborer avec Macron ou pas au moment ou une jeunesse africaine exprime une volonté de rupture), nous vous informons que le conflit qui nous a opposés ces derniers jours est terminé.

Nombreux sont ceux qui rêveraient de nous voir divisés. Cela ravirait évidemment les ennemis de l'Afrique. Ils n’auront pas ce plaisir. Certains mots ont blessé. Nous affirmons ici qu’il n’y a ni raciste, ni traître parmi nous.

Nous privilégions donc la paix et la fraternité. Nous rappelons à tous que l'unité est possible malgré les divergences réelles. Nous sommes frères et comme dans chaque famille, il peut y avoir des moments d'incompréhension et de tension.
Nous nous serrons la main fraternellement. Chacun empruntera la voie qu’il aura choisie.
Nous tenons pour mission, un intérêt commun, celui de l’Afrique et de ses diasporas.

Claudy Siar / Kemi Seba

 

 

Les obsèques de l'artiste congolais Nzongo Soul alias Wa semo décédé à Paris le 10 janvier dernier, seront organisées en fin de semaine prochaine selon le programme ci-après communiqué à Ziana TV par le musicien Théo Blaise Nkoukou, (oncle de Nzongo Soul).

  • Vendredi 26 Janvier en soirée: veillée organisée dans la salle de l'église Sainte Claire de Pantin, sise 179 Bld Serrurier, Tram: Porte de Pantin, arrêt: Porte de Pantin;
  • Samedi 27 janvier: grande veillée à la salle sise 4 rue Frédéric Joliot Curie, 93270 Sevran / RER B -Sevran Beaudotes
  • Lundi 29 janvier: levée du corps à Maison Funéraire de Paris Batignolles (21 boulevard du Bois le Prêtre, 75017 Paris)
  • Mercredi 31 janvier: départ de la dépouille de Nzongo Soul pour Brazzaville

Pour vos contributions / soutenir la famille: contacter Enoch Diamonika +33689953736 ou +33781018889

A LIRE AUSSI. Ziana TV, organisation des obsèques de Nzongo Soul avec Martial Prince

Contractuels manifestant devant le ministère de l'économie forestière. Image: DR

Société

Depuis plusieurs semaines les contractuels du ministère de l'économie forestière à Brazzaville ont engagé un bras de fer avec leur ancienne tutelle. En effet, afin de compenser le manque de personnel et surtout pour récompenser des proches ou des militants, l'ancien ministre de l'économie forestière (actuellement à l'agriculture) Henri Djombo avait eu un recours abusé à cette main d'oeuvre bon marché pour l'Etat. Contre promesse d'embauche dans la fonction publique, ces centaines d'hommes et femmes se sont investis dans leurs tâches quotidiennes dans ledit ministère, jusqu'à supporter plusieurs mois sans salaires.

L'arrivée de Rosalie Matondo au ministère de l'économie forestière a changé la donne pour ces contractuels.  Ils ne pourront plus vu, la situation économique, compter, comme promis par Henri Djombo, dans les effectifs de la fonction publique au nom du ministère de l'économie forestière. Rosalie Maton argue qu'elle n'a pas de marge pour honorer cet engagement pris par son prédécesseur.

Aussi, le conflit tourne t-il autour du paiement des arriérés de salaires dus aux contractuels. Ceux-ci ont engagé des actions pour revendiquer le versement de 23 mois de salaire en vain. "C'est la ministre qui bloque la situation, elle nous envoie la police pour nous déloger alors que nous ne faisons que revendiquer nos droits" nous a déclaré un contractuel qui a requis l'anonymat, après une charge policière contre leur sit-in ce jeudi 8 février.

Mgr Louis Portella 2e partant de la droite. / Image: DR

Société

Le dimanche 4 février, les chrétiens du diocèse de kinkala ont fté avec leur évêque, Monseigneur Louis Portella Mbuyu, ses 50 ans de sacerdoce. Cet anniversaire a été marqué par une messe solennelle célébrée en la cathédrale de Kinkala. Outre les prêtres, Mgr Portella était entouré du Nonce apostolique, Représentant résidant de sa Sainteté le Pape François au Congo, de Monseigneur Anatole Milandou Archevêque de Brazzaville et de Monseigneur Gassongo Evêque de Gamboma.

 

Monseigneur Portella avait été ordonné prêtre le 31 décembre 1967. Louis Portella Mbuyu est le premier recteur congolais du Grand Séminaire Emile Biayenda. C'est le 16 octobre 2001, que Monseigneur Louis Portella Mbuyu est nommé évêque du diocèse de Kinkala, en remplacement de Monseigneur Anatole Milandou. Ce dernier est muté à Brazzaville afin de succéder à Barthelemy Batantu atteint par la limite d'âge dans la fonction d'archevêque de Brazzaville.

Le 6 janvier 2002, il est consacré évêque par le pape saint Jean-Paul II, en qualité de consécrateur principal. Les deux autres co-consécrateurs principaux sont les archevêques Léonardo Sandri, archevêque titulaire du diocèse d'Aemona, de l'église primitive, aujourd'hui désaffecté et Robert Sarah, alors secrétaire de la congrégation pour l’évangélisation des peuples

Les produits pétroliers vendus dans les stations ou aux industriels vont connaître une augmentation significative à compter de février 2018. Dans une lettre datée du 31 janvier 2018 adressée aux directeurs généraux de Total, Libya Oil Gabon, Engen Gabon et Petro Gabon, signée par Bernardin MVE, directeur de l'aval pétrolier, il est question des nouveaux "Prix de vente des produits pétroliers aux consommateurs pour février 2018", arrêtés comme-ci:

  • Essence: prix en station (620 FCFA) / prix aux industriels: 640 FCFA / litre
  • Gasoil: prix en stationc(560 FCFA) / Prix aux industriels : 595 FCFA / litre
  • Gaz butane: 5450 FCFA / 12.5kg
  • Pétrole lampant: 275 FCFA / Litre
  • Pétrole Industriel: 375 FCFA/ Litre

 

Publicité

Articles au Top

Grid List

Dans un communiqué publié le 11 janvier par Florent Tsiba, Directeur de cabinet de Denis Sassou Ngueso, le Congo, pays producteur de pétrole a manifesté sa volonté d'intégrer l'Organisation des Pays Producteurs de Pétrole (OPEP) créée dans les années 1960 sous la houlette des saoudiens. Toujours est-il que pour les congolais, veulent le statut de "membre de plein droit..." et ils annoncent "une adhésion imminente". Cette annonce intervient après le passage à Brazzaville le 8 janvier du ministre saoudien des affaires étrangères qui y avait rencontré Denis Sassou Nguesso. Pour la présidence congolaise, cette adhésion permettra au pays de se donner les moyens de "prendre sa place dans la définition des politiques et la prise des décisions au sein de cette organisation (ndlr OPEP".

Alors que, le prix du baril de pétrole est au plus bas,  les réserves congolaise s"amenuisent et que le pays connaît une crise politique et sociale sans précédent, les observateurs ont du mal à comprendre le véritable enjeu de cette adhésion. Comment pourra t-il peser aux côtés des gros producteurs comme les pays du Golf? Dans la sous-région, c'est le Gabon qui avait tenté l'aventure de l'OPEP en 1975 avant de s'y retirer en 1994; puis a suivi, l"Angola, qui siège à Vienne au sein de l'OPEP depuis 2007. 

 

Capture d'écran du flagrant délit de piratage par PSTV -

High-Tech

Des matchs des grands championnats européens proposés aux abonnés congolais, voilà la supercherie à laquelle s'est livrée depuis quelques temps l'opérateur PSTV installé au Congo. Le pot au rose a été découvert le 31 janvier dernier, lors de la diffusion du match de coupe de la ligue anglaise de football entre Aston Villa et Sheffield United. Quelques minutes après le début de la 2e mi-temps, les abonnés congolais de PSTV ont vu s'afficher un message les avertissant de la piraterie par l'opérateur des contenus diffusés par BeIN Sports. « Vous regardez BeIN Sports illégalement via PSTV au Congo », pouvait-on lire  sur les écrans des abonnés congolais de PSTV. Embarassée, la chaîne n'a pas encore communiquée sur ce flagrant délit de piratage.

Lire aussi: CONGO-MEDIAS. PSTV a porté plainte contre Thierry Moungalla

Depuis quelques mois, PSTV a maille à partir avec les autorités congolaises. La chaîne a esté en justice le ministère de la communication de Thierry Moungalla, qui l'empêcherait de s'installer dans de meilleures conditions au Congo. Or, d'après nos informations, PSTV qui bénéficie de fonds d'investisseurs libanais a pu mettre les pieds au Congo grâce au soutien de Philippe Mvouo le président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, le gendarme des médias congolais. Signe de ce soutien selon de nombreux observateurs, c'est la clémence dont bénéficie PSTV alors que ses pratiques de piratage ont été signalés au Conseil Supérieur de la Liberté de Communication. 

Il faut reconnaître que depuis plusieurs années, les diffuseurs légaux se dotent de moyens techniques pour détecter les piratages de leurs contenus. Le flagrant délit réussi par Be In Sports au Congo contre PSTV est une victoire non négligeable pour les producteurs de contenus légaux. 

 

Image: DR

Arts

Le concours international de photographie Alliance Française en Espagne et EFTI, édition 2017, a publié la liste de ses lauréats. Le photographe congolais Baudouin Mouanda a remporté le 1er Prix. L’ambassadeur de France en Espagne, Yves Saint-Geours, a reçu les lauréats puis i a tenu à saluer leurs travaux. Près d’un millier de postulants ont pu concourir à cette édition 2017 ouverte à tous les auteurs photographes professionnels du monde.

Au fil des années, le concours international de photographie Alliance Française en Espagne et EFTI est devenu une référence dans le calendrier des activités photographiques en Espagne.  Ce 1er Prix permettra à Beaudoin Mouanda de bénéficier d'une bourse d’études de 3 mois, du 1er mars au 30 mai 2018 à l'université Miguel-Hernández de Madrid. A l’issue de cette formation, il obtiendra le titre « d’Expert universitaire en photographie professionnelle appliquée », assure les organisateurs.

 

Visuel de l'événement.

Tourisme

« Comment valoriser les lieux de mémoire liés à la traite négrière ? Le cas de Ouidah au Bénin et de Loango au Congo Brazzaville ». C'est la question à laquelle répondront Serge Guezo, prince de Dahomey et promoteur de plusieurs activités touristiques destinés aux Afro-descendants sur la route des esclaves du Bénin ; Gervais Loëmbe, écrivain congolais et spécialiste de la route des esclaves du Congo ; Emmanuel Gordien, président de l'association CM 98, association qui travaille à la réconciliation entre les Afro-descendants des Antilles et des Caraïbes avec l'Afrique. 

 

La 2e édition d'Africa Tourism Sharing se tiendra ce 9 février, au restaurant la Villa Maasai, près de la place de l'Opéra, à Paris. Ouidah, au Bénin, Loango au Congo et Gorée au Sénégal constituent les principaux ports d'embarquement d'esclaves du continent.  « Malheureusement, constate Guillaume Arnaud Nkouka, initiateur du projet, les trois sites ne se valent pas en termes de performance touristique ». Il explique que si Ouidah tend à rattraper son retard, notamment avec la volonté clairement affichée des nouvelles autorités béninoises de faire du tourisme une priorité, Loango est plutôt menacé par les érosions dans la plus grande indifférence.

Contact: Arnaud Guillaume Kouka +336 01 84 47 65

Restaurant la Villa Maasai /Participation aux frais

9, Bld des Italiens

75002 Paris


 

Publicité