Articles au Top

Grid List

Lors du conseil des Ministres du 7 octobre 2019, le gouvernement a présenté son projet de loi portant loi de finances 2020.Ce projet de loi de finances 2020 a été élaboré sur la base d’un taux de croissance de 2,8 % du PIB en baisse par rapport au taux de crois sance 2019 estimé à 4% du PIB. Ce taux de 2, 8% du PIB montre toute la prudence de la politique budgétaire du pays compte tenu des incertitudes qui pèsent sur la croissance mondiale.

Et, dans ce projet de loi de finances 2020, l’on note aussi la persistance du déficit primaire hors pétrole bien qu’en baisse. Il passerait de -24,8% en 2019 à - 21,6% du PIB en 2020.

Le premier constat qu’on peut faire de ce déficit primaire est que le gouvernement ne fait pas d’efforts pour désendetter le pays.

Le « Buakia ku Mayombe » veut dire le soleil s’est levé dans le Mayombe dans l’ethnie yombé en République du Congo. Ce concept incarnait un modèle de cohésion sociale. Son but était de jeter les bases d’un développement communautaire du peuple yombé. Mais de nos jours c’est un triste constat, en 34 ans le « Buakia ku Mayombe » n’a pas décollé, c’est devenu un symbole des espoirs perdu.

En effet, ce concept « Buakia ku Mayombe » apparaît pour la première fois, le 14 juillet 1985 à la Cathédrale Saint Pierre Apôtre. Ce jour-là, les catholiques sont venus de tous les coins du diocèse de Pointe noire, assister aux ordinations sacerdotales de trois prêtes. Et parmi les nouveaux prêtes, il y avait un fils du Mayombe, l’abbé Eustache NDOUNGUI. Ce jour-là, le Mayombe avait donné le top. Ils ont chanté et dansé au rythme de la victoire. Le « Buakia ku Mayombe » était l’expression de la libération d’un peuple. Le Mayombe a désormais un prête, il peut commencer à écrire son histoire. L’histoire liée à la colonisation, à l’église et les premiers baptisés et enfin à la construction du chemin de fer qui passe par là. Le Mayombe veut aussi devenir le carrefour de la culture des ressortissants de : MPounga, Bilala, Mvouti, Les saras…etc. La date du 14 juillet 1985 marquait alors le lancement d’un projet de grande envergure. Les cadres et autres ressortissants du Mayombe étaient unanimes à dire que le moment était venu pour parler enfin de :

  • L’affirmation des yombé dans le processus de développement rural
  • L’émancipation des yombé dans l’éducation et le travail

Bref, l’ordination de l’abbé Eustache NDOUNGUI a fait rêver, elle a favorisé une piste de réflexion sur la relation entre les yombé et l’église du Mayombe. Dans cette région forestière, il y a des bâtisses et autres monuments à faire découvrir au monde. Il faut donc avancer et ne pas perdre du temps disaient-ils ce jour-là. Bilan : en 34 ans, le « Buakia ku Mayombe » était plus un rêve d’enfant, loin d’être une réalité concrète. Est-ce un manque de volanté politique ou simplement la mauvaise foi des cadres du Mayombe ?

Le « Buakia ku Mayombe », un projet culturel et pédagogique


Notre démarche consiste à rédiger un nouveau projet à la fois culturel et pédagogique en partant des éléments qui fondent le « Buakia ku Mayombe » dans sa version originale. Il s’agit notamment d’asseoir un travail en interdisciplinarité qui regroupe : Historiens, sociologues, théologiens, enseignants, chercheurs, guides touristiques, documentalistes…etc. Ces acteurs vont mener des recherches Sur les traces du premier missionnaire, père fondateur de l’église du Mayombe. A savoir : quand et comment a-t-il pénétré ce pays forestier. Quel chemin a-t-il suivi, dans quel village a-t-il célébré sa première messe. Qui étaient les premiers baptisés, quels sont les points et autres signes qui marquent son passage, quand est-il mort, où fut il enterré. Dans ce travail, la cartographie est indispensable et les itinéraires doivent être précis. Le périmètre de cette étude se limite entre le Mayombe Nord et le Mayombe sud. L’objectif est d’implanter un circuit spirituel et touristique dans le Mayombe afin d’organiser un pèlerinage annuel.

Ce type de projet existe déjà dans la Moselle, en France


Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, l’apôtre de Jésus Christ. Cette année, les élèves de la providence de Bouzonville, dans la Moselle ont vécu l’expérience du pèlerinage en empruntant une partie de la route qui mène à saint jacques de Compostelle. Cette route va de l’Allemagne jusqu’à Compostelle en Espagne en passant par la Moselle en France. Sur cette route se trouve le couvent des sœurs de la providence de Peltre à Metz. Un lieux à la fois historique et symbolique car c’est là où est enterré le fondateur de la congrégation qui est à l’origine des écoles de la providence. A travers cette démarche, les élèves sont retournés aux sources de la spiritualité de leur école. De la même manière, la route de la foi à travers le pays du Mayombe permettrait aux pèlerins de redécouvrir les sources de leur église locale. Le projet étant définit, nous sollicitons le concours des responsables du diocèse de Pointe Noire et bien des cadres du domaine de la gestion de projet dans le but de réfléchir sur la faisabilité de cette étude. Nous souhaitons également voir les résultats de cette étude être vulgarisés au niveau des laboratoires de recherche et dans les institutions de promotion de la culture.

Guy MABOUNDA


Depuis le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont sortis dans la rue, dans toutes les villes du pays, pour dire non au 5ème mandat du président Bouteflika. Défiant le pouvoir, la peur et tous les pronostics, ils marchent pour dire non à l’humiliation que leur inflige un président malade et dans l’incapacité d’exercer pleinement ses fonctions. Ils marchent pour recouvrer leur dignité bafouée depuis de trop nombreuses années, par un système politique immuable et inamovible.

En Algérie et partout dans le monde, le peuple algérien s’est enfin réveillé de la torpeur dans laquelle l’avait plongé la décennie sanglante des années 90. La ferveur populaire qui s’exprime depuis, dans les rues d’Alger, Oran, Annaba, Ouargla, Bejaïa, Batna… et Paris nous interpelle, nous militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, par son ampleur et sa détermination. Cette clameur populaire, portée par une jeunesse pleine de vitalité, ne peut nous laisser indifférents.

Nous, démocrates, saluons la grande sagesse et la responsabilité de ce mouvement spontané et pacifique qui crie son ras-le-bol de la corruption, d’un Etat prédateur qui sacrifie sa jeunesse et son peuple aux intérêts de quelques-uns.

Nous, démocrates de tous horizons, appelons à soutenir le peuple algérien dans sa lutte pour la dignité et la liberté.

Ce mouvement est profond dans ses revendications et historique par son ampleur. Il doit trouver un débouché politique afin de rendre au peuple algérien toute sa souveraineté. Nous, démocrates, épris d’égalité et de justice, appelons à une véritable transition démocratique et pacifique en Algérie afin que les Algériens reprennent leur destin en main et puissent se construire un avenir commun.

Le succès de cette transition passera par la mise en place d’une instance de dialogue transparente et démocratique qui associera toutes les composantes de la société algérienne. Des évolutions constitutionnelles seront nécessaires pour permettre l’émergence d’un véritable Etat de droit, condition sine qua non pour rétablir la confiance entre le peuple et ses représentants.
Nous, militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, croyons à une Algérie forte et stable qui prendrait toute sa place dans les espaces méditerranéen, maghrébin et africain, tout en étant ouverte sur le monde. Nous croyons en l’émergence d’une région riche de son histoire et de sa jeunesse, dans laquelle chacun pourra s’épanouir et vivre en paix.

Le moment est venu de bâtir, ensemble, une Algérie nouvelle qui nous permettra de concrétiser le rêve de ceux qui ont sacrifié leur vie pour faire exister cette nation.


Premiers signataires : Zorah Ait Maten (69), Lounes Adjroud (92), Achoura Azizi-Bouziani (94), Hamza Charifi (75), Samira Brahmia (91), Karime Djermani (63), Nathalie De Oliveira (57), Sofiane Ghozlane (77), Saliha Guedja (13), Akli Mellouli (94), Hanifa Guermiti (57), Jalel Loussaief (57), Faïza Menaï (94), Cyr Makosso (57), Nathalie Katende (75), Baku Nzola (Johannesburg), Selima Saadi (57), Ergün Toparslan (54), Nadia Salem (75), Brice Razafintsalama (57), Naïma Yahi (78), Arezki Saouli (75), Chinez Ziadi-Ndiaye (54), Ahmed Zidna (75)

Pour signer la contribution, merci d'envoyer votre accord sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Selon les informations du Monde, le milliardaire breton a été placé en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire ouverte notamment pour « corruption d’agents publics étrangers » et portant sur les conditions d’obtention en 2010 de deux des seize terminaux à conteneurs opérés par le groupe Bolloré sur le continent africain, l’un à Lomé, au Togo, l’autre à Conakry, en Guinée.

Les magistrats soupçonnent les dirigeants du groupe d’avoir utilisé leur filiale de communication Havas pour faciliter l’arrivée au pouvoir de dirigeants africains en assurant des missions de conseil et de communication sous-facturées. Et ce, dans un seul objectif : obtenir les concessions portuaires des lucratifs terminaux à conteneurs.

Plusieurs autres cadres du groupe étaient eux aussi en garde à vue ce mardi : le directeur général du groupe Bolloré, Gilles Alix, et Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international de l’agence de communication Havas.

A Lire sur www.lemonde.fr 

Image d'illustration - DR

Europe

Arrêter sa voiture pour téléphoner ne permet pas d’échapper avec certitude à une verbalisation et un automobiliste peut être sanctionné pour l’usage du téléphone tenu en main même s’il est en stationnement. La Cour de cassation juge en effet qu’il ne faut pas confondre la circulation et le mouvement. « Un véhicule arrêté, le moteur à l’arrêt, peut être regardé comme étant toujours en circulation », estime-t-elle.

Les juges font cependant une exception. Ils admettent qu’un automobiliste en panne puisse se servir de son téléphone, même s’il est arrêté sur une voie de circulation.

L'abbé Olivier Ndjimbi-Tshiende, 66 ans, prêtre germano-congolais, a décidé de quitter à compter du 1er avril 2018 sa paroisse de Zomedig en Bavière car il ne supportait plus les injures racistes. L'annonce a été faite par le curé lors de la messe du dimanche 28 janvier.  « Le prêtre Olivier Ndjimbi-Tshiende mettra fin au 1er avril à son sacerdoce dans la paroisse de Zornedig » en Bavière, « et occupera de nouvelles fonctions », a confirmé l’Evêché de Munich duquel il dépend.

L'arrivée des migrants en Bavière, porte d'entrée en Allemagne, n'a pas arrangé les relations entre le prêtre et certains paroissiens. Olivier Ndjimbi a indiqué avoir reçu de nombreuses menaces de mort anonymes et fait l’objet d’insultes racistes, souvent publiques, émanant notamment d’élus locaux du parti conservateur CSU, branche bavaroise du mouvement de la chancelière Angela Merkel ( CDU), qui contrôle depuis des décennies cet Etat régional très catholique.

Arrivé dans la paroisse en 2012, le prêtre s’était récemment désolidarisé de prises de position anti-migrants de deux responsables locaux de la CSU.  

ANTANANARIVO, 8 janvier (Xinhua) -- 29 personnes ont été tuées par le cyclone tropical Ava qui a frappé Madagascar de vendredi à dimanche, a annoncé le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) dans son rapport provisoire publié lundi soir.

22 autres personnes sont portées disparues, 83 023 sont touchées et 17 170 ont été déplacées en urgence, a-t-on appris par la même source.

Par ailleurs, cinq routes nationales ont été coupées, selon le rapport.

Le BNGRC a indiqué également dans ses rapports provisoires que 3 191 hectares de rizières sont totalement inondés à Antananarivo, la capitale malgache, à cause de la pluie diluvienne affectée par Ava.

AVA a frappé la partie orientale de Madagascar vendredi et a quitté le pays dimanche en continuant sa trajectoire vers le sud-est du pays avec une vitesse moyenne de 15km par heure. Fin

Elle est la Française de l’Etat islamique la plus recherchée par les services de renseignements américains. Emilie König, 33 ans, en Syrie depuis 2012, a été arrêtée début décembre par les forces kurdes. Selon une information de RMC confirmée et vérifié par Libération, elle est actuellement détenue dans l’un des camps de réfugiés contrôlés par les unités de protection du peuple kurde, la branche militaire du Parti de l’union démocratique syrien, dans la région d’Hassaké, près de la frontière irakienne.

En savoir plus sur: www.liberation.fr

Une mutinerie dans l’Etat brésilien de Goias, dans le centre-ouest du pays, a fait lundi 1er janvier au moins neuf morts et quatorze blessés, selon des médias brésiliens.

Citant l’administration pénitentiaire, le site d’actualité G1 a indiqué que des affrontements entre prisonniers appartenant à des bandes rivales avaient provoqué à la mi-journée un incendie et la mort de neuf personnes. Quatorze personnes ont également été blessées et 106 prisonniers se sont évadés, selon la même source.

Selon G1, alors que les pompiers maîtrisaient l’incendie, la police militaire a affirmé que 29 fugitifs avaient été capturés et que la situation à la prison de l’Etat de Goias était sous contrôle.


En savoir plus sur: www.lemonde.fr

Le 2 février prochain, les congolais installés au Canada et aux USA vont organiser leur deuxième marche à Washigton en direction du siège du FMI. Cette marche est motivée par les récentes négociations entre le FMI et le Congo pour sauver le pays plongé dans une grave crise économique. La Plateforme nord-américaine et les organisations des congolais de France veulent une fois de plus unir leurs forces pour se faire entendre du FMI.

"L'intervention du FMI au Congo-Brazzaville doit être assujettie au gage d'une GOUVERNANCE DÉMOCRATIQUE à travers l'observation intégrale d'une TRIPLE CONDITIONNALITÉ : (1) Libération sans conditions de tous les prisonniers politique, (2) Retrait intégral des troupes dans le Pool et aide à la réinstallation des populations déplacées et (3) Un vrai DIALOGUE entre toutes les sensibilités politiques et les organisations de la société civile" a déclaré Georges Ngoma, membre de la Plateforme nord-américaine contre la dictature de DSN à l'initiative de cette marche.

VIDEO. Voir le communiqué de la marche du 2 février 2018 à Washington

La dernière sortie du président américain qualifiant Haïti et les pays africains de "pays de merde" a suscité l'émoi et une kyrielle de réactions sur le continent noir. Même si les chancelleries sont de plus en plus habituées aux déclarations hasardeuses et tapageuses du président "états uniens", la surprise était totale dans les capitales africaines. De Dakar à Kinshasa en passant par Ouagadougou, chacun y  va de son petit commentaire, et déclarations officielles de désapprobation. S'emportant contre l'immigration, jeudi 11 janvier lors d'une réunion en présence de plusieurs sénateurs, Donald Trump a lancé : « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde  (shitole countries) viennent ici ? ». Dans le viseur de Donald Trump, Haïti, le Salvador et certains pays africains.

Même s'il est désormais bien vu de se positionner contre les sorties de Donald Trump, il faut dire que la réalité sociale, politique, économique des pays africains n'est pas loin de l'image qu'en a donné Trump, de véritables "pays de merde". Prenant la RDC ou le Congo Brazzaville, deux pays, assis sur la moitié des richesses naturelles du continent mais qui peinent depuis plus de 50 ans à ne fournir que de l'eau potable à leur concitoyens alors qu'ils sont au bord du fleuve Congo, le 2e au monde après l'Amazonie. Comment ne pas voir ces deux pays comme des "pays de merde" quand les politiques s'y incrustent au pouvoir, et sabotent les alternances au profit d'intérêts égoïstes? 

On pourrait comme cela continuer à étaler ces réalités sociales, économiques, sanitaires..., qui donnent tout leur sens à l'expression "trumpienne" de "pays de merde" lorsqu'on l'applique aux deux Congo, mais gardons nous de pas plonger dans l'extravagance qui marque le mandat du président américain. En bon business man, Trump de ne peut dire de la RDC que c'est un pays de merde car son sous-sol contribue largement à satisfaire la boulimie américaine des nouvelles technologies. Reconnaissons donc que la RDC a véritablement des dirigeants de merde. Tout de même nous comprenons les réprobations de certains responsables à l'instar du Sénégalais Macky Sall, dont le pays est aujourd'hui cité en exemple en matière de gouvernance et d'alternance politique.

TORONTO, 8 janvier (Xinhua) -- Deux adultes et deux enfants sont morts lors d'un incendie dans la ville d'Oshawa, dans la province canadienne de l'Ontario, lundi matin vers 8 heures.

L'événement tragique s'est produit dans une maison de trois étages dans laquelle vivaient onze personnes.

Le chef des pompiers d'Oshawa, Derrick Clark, a déclaré lors d'une conférence de presse lundi à midi que les quatre personnes avaient été retirées de divers endroits de la maison et que trois autres résidents blessés avaient été transportés à l'hôpital.

Deux hommes et une fille ont été déclarés morts sur les lieux alors qu'un garçon a été transporté à l'hôpital où il est décédé des suites de ses blessures. Leurs identités n'ont pas encore été dévoilées. Les relations entre les victimes ne sont toujours pas claires.

On ignore toujours où l'incendie a commencé et s'il y avait des avertisseurs de fumée qui fonctionnaient bien, a déclaré M. Clark, précisant que l'arrière de la maison semblait subir les dommages les plus importants.

Une tempête de neige a entravé les efforts des pompiers pour contenir l'incendie, selon M. Clark.

Une enquête sur la tragédie a été ouverte.


 

Publicité