Articles au Top

Durant la Semaine Africaine, la délégation du Congo Brazzaville était présente sur 2 stands principaux: Bazar et peinture. Romaine Ayissi et Yolande Obambi (Dita) assuraient la présentation et la vente d'objets artisanaux congolais. La créatrice Motse Akanati, a aussi exposé ses créations et son dernier livre. Dans la galerie consacrées aux oeuvres picturales, c'est l'artiste Vanessa Agnagna qui exposait au nom du Congo. D'autres artistes comme Dana ou Ladis Arcade ont eu le bonheur d'enjailler le public.

M. Guénolé MBONGO KOUMOU au milieu du Jury après sa soutenance de thèse le 21/12/2018 à Tours (France)

Diasporas

Administrateur des SAF mais n’étant pas issu de l’administration douanière, la nomination de Guénolé MBONGO KOUMOU à la tête des Douanes congolaises intrigue. Présenté, comme titulaire d’un doctorat en sciences économiques par le gouvernement, il est reconnu comme consultant dans les domaines de l’informatique, des télécommunications et de la finance. Enquête.

Le dernier conseil des ministres du gouvernement congolais qui s’est tenu le jeudi 27 décembre 2018 a surpris de nombreux observateurs de la vie politico-administrative congolaise. Dès 13h, alors que le compte-rendu dudit conseil n’est pas encore publié, nous sommes alertés par une information concernant des changements à la tête des régies financières publiques, les douanes et les impôts.

Les réseaux sociaux vont relayer cette information toute la journée. Alfred Onanga, Directeur des douanes depuis de nombreuses années et Antoine Ngakosso, indéboulonnable directeur général des impôts sont démis de leurs fonctions et remplacés par deux illustres inconnus : « Directeur général des Douanes et des droits indirects : M. Guénolé Mbongo Koumou, docteur ès sciences économiques, jusqu’ici conseiller à la fiscalité et aux douanes au ministère des Finances et du budget ; Directeur général des Impôts et des domaines : M. Ludovic Itoua, inspecteur principal des impôts de 7e échelon » pouvait-on lire dans le compte-rendu du Conseil des ministres

 

« Un jeune de 36 ans directeur des douanes »

La surprise est grande pour de nombreux congolais, en voyant « un jeune de 36 ans Directeur Général des Douanes » pouvait t-on lire sur de nombreux posts qui accompagnaient la photo du nouveau DG, relayés sur les réseaux sociaux, Facebook et Whatsapp. La douane et les impôts constituent les deux mamelles de l’économie congolaise. La nomination de leurs directeurs obéit très souvent à des règles obscures, ce qui explique très souvent la longévité des directeurs en dépit des changements de gouvernements.

M. Guénolé Mbongo Koumou à peine 36 ans propulsé à un tel poste stratégique «Directeur général des Douanes et des droits indirects »  au moment où l’économie congolaise est en crise et que le pouvoir cherche désespérément l’aide du FMI ; de l’admiration, dans un pays où la moyenne d’âge des hauts cadres dépasse les 50 ans, nous sommes vite passés à la suspicion, sur « les capacités de ce jeune à conduire une telle administration ». De folles rumeurs vont très tôt circuler sur les réseaux sociaux entretenues par le clan Onanga à propos du cursus universitaire du nouveau directeur supposé non abouti

 

Une carrière bâtie dans la haute administration congolaise

« C’est dans les couloirs de la cour des comptes et de la discipline budgétaire à Brazzaville que j’ai croisé pour la première fois le nouveau DG des douanes M. Guénolé Mbongo Koumou qui venait de rentrer de France. Il y travaillait comme Assistant du Premier Président et vérificateur dans le cadre de l’examen et du contrôle des lois de finances », explique à Ziana TV un auditeur de la Cour des comptes. Cette première expérience dans la haute administration congolaise fut précédée par une activité professionnelle dans le secteur privé en France dès 2006 en tant que « Consultant dans les domaines de l’informatique, des télécommunications juste après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur en Réseaux informatiques et Télécommunications » explique un proche.

Après trois années passées à la Cour des comptes et de la discipline budgétaire, Guénolé Mbongo Koumou est recruté au cabinet de Calixte Nganongo en 2016 en tant que conseiller à la fiscalité et aux douanes du ministre des finances et du budget. « A ce poste, il était en charge de la coordination des réformes fiscales et douanières et président de la commission chargée d’apurer les contentieux fiscaux et douaniers. Il était aussi le point focal de la coopération bilatérale avec la République du Rwanda dans le cadre d’échange d’expérience en matière des réformes financières » nous explique un cadre du ministère des finances membre du cabinet de Calixte Nganongo.

 

Guénolé Mbongo Koumou devant le Jury lors de sa soutenance de thèse le 21/12/2018 à Tours

 

« De la volatilité des revenus pétroliers… » une thèse à point nommé

Le nouveau DG des douanes congolaises est un pur produit de l’enseignement secondaire congolais qu’il quitte en 1999 après un Bac C pour poursuivre ses études supérieures en France. Il y a obtenu un diplôme d’ingénieur en Réseaux informatiques et Télécommunications en 2006, complété en 2011 par une formation en sciences économiques « Option Monnaie Banque Finance » à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, sanctionnée par un diplôme de Master 2; puis par une autre formation à l’Ecole Nationale des Finances Publiques de Noisy-le-Grand (France) en 2012, dans le cadre de la préparation d’inspection des finances publiques. C’est à l’université de Tours que Guenolé Mbongo Koumou va achever son cursus universitaire français.

Le 21 décembre 2018 il y soutient une thèse en sciences économiques qui portait sur « l’économie congolaise face à la volatilité des revenus pétroliers », sous la direction de M. Semedo Gervasio Maître de Conférences HDR à l’Université de Tours, devant un jury composé entre autres de Georges Kobou, professeur à l’Université de Yaoundé 2, Jude Eggho, Maître de conférences HDR Université d’Angers, Adrien Mathias Ndinga, Maître de Conférences Agrégé de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville. La soutenance de cette thèse 5 jours avant le Conseil des ministres aurait-elle été la condition pour DSN de décider de nommer Guenolé Mbongo Koumou à la tête des douanes congolaises ? Toujours est-il que le sujet traité ne pouvait laisser indifférent DSN, un président en quête de solutions pour maîtriser la crise des finances publiques que traverse le Congo actuellement.

Dans sa thèse, M. Guénolé Mbongo Koumou montre comment la volatilité des revenus pétroliers exerce une influence sur l’économie congolaise. De façon spécifique, il explique comment les mécanismes externes et internes à l’économie congolaise sont à l’origine de la volatilité des revenus pétroliers ; et, comment cette volatilité des revenus pétroliers affecte l’économie congolaise à travers les finances publiques. Guénolé Mbongo Koumou recommande une réorientation de la politique budgétaire vers une diversification des sources de revenus (donc de l’économie congolaise) afin de limiter les vulnérabilités inhérentes à la volatilité des revenus pétroliers. Pour cela, des reformes structurelles devraient être mises en œuvre dans le sens d’accroître l’assiette fiscale, de mobiliser davantage de ressources intérieures et de rationaliser la dépense fiscale.

---------------

 

Bio Express :

- 1982 (8 avril) : naissance à Brazzaville

- 1999 : Bac C – Lycée de la Révolution Brazzaville

- 2006 : diplôme d’ingénieur en Réseaux informatiques et Télécommunications (France)

- 2011 : Master 2 en Sciences économiques Option « Monnaie Banque Finance » à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne (France)

- 2012 : formation à l’Ecole Nationale des Finances Publiques de Noisy-le-Grand (France).

- 2013 : retour au Congo – Cour des comptes et de discipline budgétaire (Assistant du Premier Président et vérificateur dans le cadre de l’examen et du contrôle des lois de finances).

- 2016 : Conseiller à la fiscalité et aux douanes du ministre des finances et du budget.

- 2018 (21 décembre) : Doctorat en sciences économiques à l’Université de Tours ( France)

- 2018 (27 décembre) : Directeur des douanes et des droits indirects

Images de la délégation Burkinabé à La Maison de l'Afrique

Associations

La Maison de l'Afrique a accueilli ce 21 Mai 2018 à 16h00, une délégation officielle du Burkina Faso qui séjourne à Nantes du 18/05/2018 au 22/05/2018. Composée de 28 personnes, ce groupe de sportifs et d'officiels est venu participer au Tournoi international U17 de football de Rezé.

Dirigée par un représentant du Ministère des Sports et des Loisirs du Burkina Faso, et du Secrétaire Général de la Fédération Burkinabé de football, la délégation Burkinabé a été reçue à la Maison de l'Afrique par Alfred Ngambou et son équipe. Une occasion pour visiter ce lieu qui a été inauguré il y a quelques mois pour  faire la promotion de la culture africaine dans les Pays de La Loire.

Vendredi 18 janvier à Paris, les congolais de Brazzaville vont manifester devant la Banque Lazard. En effet selon les organisateurs de ce sit-in, la banque dirigée par Mathieu Pigasse, neveu de Jean-Paul Pigasse, conseiller à la communication de DSN et patron du quotidien Les Dépêches de Brazzaville, va prêter ses services au Congo dans le cadre de ses négociations avec le FMI.

A lire: La banque Lazard au chevet du Congo

Manifestation prévue ce vendredi 19 janvier de 13h à 17h devant la banque Lazard , 25 rue de courcelles Paris 8. M° St Philippe Du Roule

 

 

ENTRETIEN. Malgré la répression de Joseph Kabila, les populations ne lâcheront rien, dit en substance Thierry Nlandu, professeur à l'université de Kinshasa et membre du comité laïque de coordination.

La tension est montée d'un cran en République démocratique du Congo (RDC) après la répression, dans le sang, dimanche, d'une manifestation organisée à l'appel du comité laïque de coordination, une structure informelle liée à l'Église catholique. Le processus électoral, piloté par une commission critiquée de toutes parts, n'inspire pas confiance, au point d'épaissir le doute autour du respect du calendrier publié, sur fond de contestation, en novembre 2017, prévoyant la tenue des élections présidentielle et législatives le 23 décembre 2018, après plusieurs reports. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, le professeur Thierry Nlandu dresse un premier bilan de cette marche et affirme que la pression ne sera pas relâchée, dans un contexte où le président Joseph Kabila, qui n'est pas autorisé à se porter candidat après l'expiration de son second et dernier mandat en décembre 2016, use de subterfuges et de manœuvres dilatoires pour jouer les prolongations le plus longtemps possible.

Pour en savoir plus: http://afrique.lepoint.fr/

Les congolais de la diaspora engagés dans le combat contre le pouvoir de Brazzaville, mettent en place une nouvelle dynamique pour mieux orienter et coordonner les efforts contre le pouvoir le Brazzaville. Le concert de Roga à Paris le 26 mai dernier a été l'élément déclencheur pour que les activistes congolais prennent conscience de la désorganisation de leur mouvement. 

Ce dimanche 17 juin, la diaspora congolaise s'est réunie à Paris, à l'ordre du jour, la synergie et l'organisation de toutes les forces présentes. "La stratégie de cette réorganisation s'appui sur la concertation, les échanges, les convergences, autour de pôles de compétences qui s'expriment dans la résistance contre le régime de Brazzaville. Désormais, la résistance s'organise à Paris et des démarches vont être menées pour entrer en synergie avec les diasporas du reste du monde", peut-on lire dans le communiqué qui a sanctionné cette journée de travail.

Congo au Féminin, est un projet porté par l'association "Les Etoiles" créée en 2013 par Corinne Marteau, congolaise de Brazzaville. L'association s'est donnée comme mission d'encouragée et d'accompagner les femmes des deux Congo par le biais, de la formation, du coaching et du réseautage, en somme "encourager la femme congolaise à briller peu importe là où elle se trouve" explique à Ziana Tv Emilia Mambissa, responsable de la communication de l'association Les Etoiles.

En 2018, l'association fondée par Corinne Marteau va organiser la 2e édition de sa manifestation "Congo au Féminin". Si le thème de la première édition était "réseau et partage", l'édition 2018, passe au concret en proposant aux participante un séminaire de formation en partenariat avec une grande école de commerce parisienne l'ISCG. "C'est un séminaire sur 2 jours, du 26 au 27 janvier à Paris. Il cible avant tout les femmes congolaises des deux Congo, mais nous restons ouverts à d'autres femmes d'autres nationalités", explique Briali Kinsala, en charge des finances au sein de l'association les Etoiles.

 Contrairement à la première édition dont la participation était gratuite, "pour cette année nous demandons une participation forfaitaire de 10€ pour une journée ou 15€ pour les deux jours..." avance Briarli Kinsala. 

A VOIR: Entretien avec Briali Kinsala et Emilia Mambissa

Informations pratiques: 

Pour tout contact : 0625227726 - Corine Marteau
> Dates: 26-27 janvier 2017
> Lien d’inscription : https://www.weezevent.com/congo-au-feminin
> Coût: 10€ la journée 15€ / les deux journées
> Heures - adresse: 9h à 17h30 au 13 rue de citeaux 75012 Paris à l'école ISCG

 

 

 

 

Aujourd’hui WANA vous emmène à Puteaux dans les Hauts-de-Seine, proches du quartier d’affaires de la Défense, découvrir Ô Petit Club Africain ; un restaurant gastronomique africain simple, convivial et « ouvert sur le monde ». Ô Petit Club Africain est un petit restaurant intimiste et cosy, mais « ô combien » chaleureux qui vous permettra de consommer une cuisine africaine authentique, mais à la fois gastronomique et classe.

Ô Petit Club Africain, le restaurant

Ô Petit Club Africain propose un cadre cosy et chic avec une décoration boisée et épurée où l’on a l’honneur de goûter aux plats authentiques concoctés par le chef Raoul Coly. Des plats authentiques, des saveurs venant du monde entier notamment d’Asie, où le chef a retrouvé des saveurs voisines.

C’est à travers le mélange cosmopolite parisien et de ses nombreux voyages qu’il découvrit de nombreuses épices qui lui permettront d’apporter du volume et du goût à ses plats afin de les rendre uniques.

Pour en savoir plus: https://happyinafrica.com/

Le festival AfryKamera 2018, Festival des films africains aura lieu à Varsovie du 13 au 22 avril 2018. AfryKamera – Festival de Cinéma africain de Varsovie est le premier festival de ce type en Europe de l’Est, dédié aux cinémas africains et aux cinémas des diasporas africaines en général. Il est également le plus grand évènement culturel consacré à l’Afrique dans la sous-région, présentant 15-25 longs métrages fictions et documentaires ainsi que 20 courts métrages du continent africain et de la diaspora africaine. Przemek Stepien est le Directeur artistique du festival ; Dorota Panczyk en est la Programmatrice

 

Pour inscrire votre film : 

Cliquer sur ce lien vers le Formulaire d’inscription en ligne (en anglais).

En séjour à Paris depuis quelques semaines, Parfait Kolelas, président de l'UDH Yuki a installé à Paris le 6 janvier les instances provisoires de la Fédération France. Cette rencontre n'a pas fait l'objet d'annonce publique, puisque "réservée aux membres de Yuki". Afin de se faire entendre, les "Indignés du 242" conduits par leur président Roland Nitou se sont invités à Blanc Mesnil en banlieue parisienne où se tenait la réunion, afin d'interpeller de vive voix, l'ancien candidat malheureux à la présidence congolaise.

Eclats de voix, bousculades, noms d'oiseaux ont fusé dans ce bras de fer entre les hommes chargés d'assurer la sécurité de Parfait Kolelas et les Indignés. La polémique s'est poursuivie sur les réseaux sociaux. De nombreux congolais de la diaspora en France ont déploré le fait que Parfait Kolelas n'ait pas pris le temps de s'adresser à l'ensemble de la diaspora afin de répondre à certaines questions restées en suspens, depuis qu'il avait reconnu la victoire de DSN. D'autres ont condamné l'attitude des Indignés, qui "usent des mêmes méthodes que la dictature de Brazzaville" nous a déclaré un participant à la réunion parisienne de Yuki.

Il faut dire qu'à l'issue de cette rencontre, Thadée Mayenga a été porté à la tête des la fédération Yuki France.

La chaîne suédoise de magasins de prêt-à-porter H&M a dû présenter ses excuses, ce lundi, pour une photo dans son magasin en ligne britannique. Le cliché présentait un sweat à capuche siglé de la mention «le singe le plus cool de la jungle», porté par un petit garçon noir.

Un «expert en survie» blanc

Après quelques heures de «bad buzz», la photo incriminée a été retirée du site de vente en ligne lundi. Dans la matinée, l’enseigne a également présenté ses excuses, selon site d’Europe 1. Elle a confirmé le retrait de la photo «de toutes les chaînes H&M». «Nous présentons nos excuses à quiconque ait pu être offensé», a ajouté la marque.

Une autre photo de la série, pour le même modèle de pull mais avec un imprimé «expert en survie» dans la jungle, a pour sa part était laissée en ligne. Le jeune modèle est un petit garçon… blanc.


 

Publicité