Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /httpdjail/var/www/vhosts/zianatv.com/httpdocs/plugins/system/t3/includes/menu/megamenu.php on line 141 Afrique
08
Mer, Fév
0 New Articles

Le « Buakia ku Mayombe » veut dire le soleil s’est levé dans le Mayombe dans l’ethnie yombé en République du Congo. Ce concept incarnait un modèle de cohésion sociale. Son but était de jeter les bases d’un développement communautaire du peuple yombé. Mais de nos jours c’est un triste constat, en 34 ans le « Buakia ku Mayombe » n’a pas décollé, c’est devenu un symbole des espoirs perdu.

En effet, ce concept « Buakia ku Mayombe » apparaît pour la première fois, le 14 juillet 1985 à la Cathédrale Saint Pierre Apôtre. Ce jour-là, les catholiques sont venus de tous les coins du diocèse de Pointe noire, assister aux ordinations sacerdotales de trois prêtes. Et parmi les nouveaux prêtes, il y avait un fils du Mayombe, l’abbé Eustache NDOUNGUI. Ce jour-là, le Mayombe avait donné le top. Ils ont chanté et dansé au rythme de la victoire. Le « Buakia ku Mayombe » était l’expression de la libération d’un peuple. Le Mayombe a désormais un prête, il peut commencer à écrire son histoire. L’histoire liée à la colonisation, à l’église et les premiers baptisés et enfin à la construction du chemin de fer qui passe par là. Le Mayombe veut aussi devenir le carrefour de la culture des ressortissants de : MPounga, Bilala, Mvouti, Les saras…etc. La date du 14 juillet 1985 marquait alors le lancement d’un projet de grande envergure. Les cadres et autres ressortissants du Mayombe étaient unanimes à dire que le moment était venu pour parler enfin de :

  • L’affirmation des yombé dans le processus de développement rural
  • L’émancipation des yombé dans l’éducation et le travail

Bref, l’ordination de l’abbé Eustache NDOUNGUI a fait rêver, elle a favorisé une piste de réflexion sur la relation entre les yombé et l’église du Mayombe. Dans cette région forestière, il y a des bâtisses et autres monuments à faire découvrir au monde. Il faut donc avancer et ne pas perdre du temps disaient-ils ce jour-là. Bilan : en 34 ans, le « Buakia ku Mayombe » était plus un rêve d’enfant, loin d’être une réalité concrète. Est-ce un manque de volanté politique ou simplement la mauvaise foi des cadres du Mayombe ?

Le « Buakia ku Mayombe », un projet culturel et pédagogique


Notre démarche consiste à rédiger un nouveau projet à la fois culturel et pédagogique en partant des éléments qui fondent le « Buakia ku Mayombe » dans sa version originale. Il s’agit notamment d’asseoir un travail en interdisciplinarité qui regroupe : Historiens, sociologues, théologiens, enseignants, chercheurs, guides touristiques, documentalistes…etc. Ces acteurs vont mener des recherches Sur les traces du premier missionnaire, père fondateur de l’église du Mayombe. A savoir : quand et comment a-t-il pénétré ce pays forestier. Quel chemin a-t-il suivi, dans quel village a-t-il célébré sa première messe. Qui étaient les premiers baptisés, quels sont les points et autres signes qui marquent son passage, quand est-il mort, où fut il enterré. Dans ce travail, la cartographie est indispensable et les itinéraires doivent être précis. Le périmètre de cette étude se limite entre le Mayombe Nord et le Mayombe sud. L’objectif est d’implanter un circuit spirituel et touristique dans le Mayombe afin d’organiser un pèlerinage annuel.

Ce type de projet existe déjà dans la Moselle, en France


Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, l’apôtre de Jésus Christ. Cette année, les élèves de la providence de Bouzonville, dans la Moselle ont vécu l’expérience du pèlerinage en empruntant une partie de la route qui mène à saint jacques de Compostelle. Cette route va de l’Allemagne jusqu’à Compostelle en Espagne en passant par la Moselle en France. Sur cette route se trouve le couvent des sœurs de la providence de Peltre à Metz. Un lieux à la fois historique et symbolique car c’est là où est enterré le fondateur de la congrégation qui est à l’origine des écoles de la providence. A travers cette démarche, les élèves sont retournés aux sources de la spiritualité de leur école. De la même manière, la route de la foi à travers le pays du Mayombe permettrait aux pèlerins de redécouvrir les sources de leur église locale. Le projet étant définit, nous sollicitons le concours des responsables du diocèse de Pointe Noire et bien des cadres du domaine de la gestion de projet dans le but de réfléchir sur la faisabilité de cette étude. Nous souhaitons également voir les résultats de cette étude être vulgarisés au niveau des laboratoires de recherche et dans les institutions de promotion de la culture.

Guy MABOUNDA


Lors du conseil des Ministres du 7 octobre 2019, le gouvernement a présenté son projet de loi portant loi de finances 2020.Ce projet de loi de finances 2020 a été élaboré sur la base d’un taux de croissance de 2,8 % du PIB en baisse par rapport au taux de crois sance 2019 estimé à 4% du PIB. Ce taux de 2, 8% du PIB montre toute la prudence de la politique budgétaire du pays compte tenu des incertitudes qui pèsent sur la croissance mondiale.

Et, dans ce projet de loi de finances 2020, l’on note aussi la persistance du déficit primaire hors pétrole bien qu’en baisse. Il passerait de -24,8% en 2019 à - 21,6% du PIB en 2020.

Le premier constat qu’on peut faire de ce déficit primaire est que le gouvernement ne fait pas d’efforts pour désendetter le pays.

Depuis le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont sortis dans la rue, dans toutes les villes du pays, pour dire non au 5ème mandat du président Bouteflika. Défiant le pouvoir, la peur et tous les pronostics, ils marchent pour dire non à l’humiliation que leur inflige un président malade et dans l’incapacité d’exercer pleinement ses fonctions. Ils marchent pour recouvrer leur dignité bafouée depuis de trop nombreuses années, par un système politique immuable et inamovible.

En Algérie et partout dans le monde, le peuple algérien s’est enfin réveillé de la torpeur dans laquelle l’avait plongé la décennie sanglante des années 90. La ferveur populaire qui s’exprime depuis, dans les rues d’Alger, Oran, Annaba, Ouargla, Bejaïa, Batna… et Paris nous interpelle, nous militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, par son ampleur et sa détermination. Cette clameur populaire, portée par une jeunesse pleine de vitalité, ne peut nous laisser indifférents.

Nous, démocrates, saluons la grande sagesse et la responsabilité de ce mouvement spontané et pacifique qui crie son ras-le-bol de la corruption, d’un Etat prédateur qui sacrifie sa jeunesse et son peuple aux intérêts de quelques-uns.

Nous, démocrates de tous horizons, appelons à soutenir le peuple algérien dans sa lutte pour la dignité et la liberté.

Ce mouvement est profond dans ses revendications et historique par son ampleur. Il doit trouver un débouché politique afin de rendre au peuple algérien toute sa souveraineté. Nous, démocrates, épris d’égalité et de justice, appelons à une véritable transition démocratique et pacifique en Algérie afin que les Algériens reprennent leur destin en main et puissent se construire un avenir commun.

Le succès de cette transition passera par la mise en place d’une instance de dialogue transparente et démocratique qui associera toutes les composantes de la société algérienne. Des évolutions constitutionnelles seront nécessaires pour permettre l’émergence d’un véritable Etat de droit, condition sine qua non pour rétablir la confiance entre le peuple et ses représentants.
Nous, militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, croyons à une Algérie forte et stable qui prendrait toute sa place dans les espaces méditerranéen, maghrébin et africain, tout en étant ouverte sur le monde. Nous croyons en l’émergence d’une région riche de son histoire et de sa jeunesse, dans laquelle chacun pourra s’épanouir et vivre en paix.

Le moment est venu de bâtir, ensemble, une Algérie nouvelle qui nous permettra de concrétiser le rêve de ceux qui ont sacrifié leur vie pour faire exister cette nation.


Premiers signataires : Zorah Ait Maten (69), Lounes Adjroud (92), Achoura Azizi-Bouziani (94), Hamza Charifi (75), Samira Brahmia (91), Karime Djermani (63), Nathalie De Oliveira (57), Sofiane Ghozlane (77), Saliha Guedja (13), Akli Mellouli (94), Hanifa Guermiti (57), Jalel Loussaief (57), Faïza Menaï (94), Cyr Makosso (57), Nathalie Katende (75), Baku Nzola (Johannesburg), Selima Saadi (57), Ergün Toparslan (54), Nadia Salem (75), Brice Razafintsalama (57), Naïma Yahi (78), Arezki Saouli (75), Chinez Ziadi-Ndiaye (54), Ahmed Zidna (75)

Pour signer la contribution, merci d'envoyer votre accord sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Plus d'articles...